Semaines d’information sur la santé mentale du 16 au 29 Mars – l’hôpital psychiatrique en crise

Merci à Sylvie, du GEM La Clé Passerelle 45 pour ces informations.

Le Forum Ouvert du RLS du samedi 14 Mars 2019 souhaite proposer à tous les professionnels en psychiatrie et les patients, un temps de rencontre constructif, ouvrant des perspectives de relations renouvelées !

L’édition 2020 des Semaines d’information sur la santé mentale aura lieu du 16 au 29 mars, sur le thème « Santé mentale et discriminations » !

Argumentaire https://www.semaines-sante-mentale.fr/wp-content/uploads/2019/07/ARGUMENTAIRE_SISM2020_VF.pdf

Affiche https://www.semaines-sante-mentale.fr/wp-content/uploads/2019/10/SISM2020_Affiche_affiche.png

Site web https://www.semaines-sante-mentale.fr/sism-2/edition-2020/https://www.facebook.com/SISMFrance/

Les dates et lieux seront disponibles dès le mois de janvier 2020.

Hôpital psychiatrique en crise

14 janvier 2020 – Si des milliers de médecins de l’hôpital général démissionnent actuellement de leurs fonctions administratives, l’hôpital psychiatrique n’est pas non plus épargné par la crise. Médecins et infirmiers dénoncent des pratiques où le soin est de moins en moins humain.

« Quand un patient arrive aux urgences, il est possible que l’on ne puisse pas l’adresser à son lieu d’hospitalisation », explique Marie-Christine Beaucousin, psychiatre. « Il doit donc patienter parfois 24 ou 48 heures et, en fonction de son état psychique, il peut être amené à être ligoté sur un brancard en attente d’une place pendant deux jours, jusqu’à ce que, le lundi matin, on arrive à trouver un lit où l’affecter.

« Ce qu’on pouvait aimer dans notre métier, c’est à dire être auprès du patient, dans le relationnel, on nous l’a enlevé. Nos jeunes collègues ne veulent plus travailler en psychiatrie : on est mal payé, on fait des heures supplémentaires par conscience professionnelle, et on n’a rien derrière ».

« Le quotidien, c’est des listes d’attente qui sont énormes. Quand il y a un système de priorisation, c’est trois mois pour avoir une évaluation. Quand il n’y en a pas, c’est un an et demi ».

« Les pédopsychiatres sont en train de disparaître, les orthophonistes aussi. Elles ne sont pas assez payées dans le service public. Dans mon service, il y a environ dix ans, il y en avait entre 15 et 20. Aujourd’hui, il n’y en a plus que 5 »

Malgré 12 rapports en 10 ans et , selon le gouvernement, 100 millions d’euros octroyés l’an dernier, les patients et les soignants souffrent toujours

Communiquer autrement : Tous Handi-capables!

Merci Sylvie de partager le témoignage poignant d’une soignante qui souffre de ne pas être soutenue, entendue, et ressent une amère déception et impuissance ! Malgré et avec la désespérance, osons parier sur nos capacités à rebondir

Invitons ces soignants en colère et en souffrance, afin qu’ils reçoivent l’énergie et l’espoir dont ils ont besoin et qu’ils puissent vivre la relation d’aide humaine pour laquelle ils ont choisi ce métier.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s